Infos Analyses : BARYUM (Ba)

Le Baryum est présent à l’état de trace dans la roche ignée et la roche sédimentaire. Il n’existe pas à l’état libre dans la nature mais sous forme de barytine (BaSO4) ou de withérite (BaCO3).

 

Les applications industrielles du Baryum sont multiples :

Plastique,

Électronique,

Céramique,

Verre,

Papier,

Produits pharmaceutiques et cosmétiques,

Textile,…

 

Dans l’eau, la concentration en baryum est limitée par la présence des anions naturels (sulfates, carbonates,…) et par son adsorption possible sur les oxydes et hydroxydes métalliques.

 

Dans l’air, le baryum provient des émissions industrielles (incinération des déchets notamment).

 

Dans les aliments, la concentration du baryum normalement est très faible (<2µg/l).

Les aliments en contenant le plus sont le lait, la farine et les pommes de terre. 

Certaines noix et produits céréaliers peuvent contenir beaucoup de baryum (la noix du Brésil en contient 4 mg/g par exemple).

 

L’apport quotidien moyen de Baryum en Amérique du Nord provenant de l’eau, des aliments et de l’air est estimé à 1 mg/jour.

 

Le baryum n’est pas considéré comme essentiel dans la nutrition humaine. Après absorption par le tractus gastro-intestinal, il est rapidement distribué dans le sang et les os ainsi qu’en quantité plus faible, dans la peau, les poumons et les graisses. Le corps humain contient environ 20 mg de baryum. Le baryum est majoritairement excrété dans les matières fécales.

 

Le baryum sous forme de sels solubles, stimule les muscles des artères provoquant une forte vasoconstriction. De plus, par la stimulation des muscles lisses, il accroît le péristaltisme. Et enfin, par la stimulation du système nerveux central, il peut entraîner la paralysie. En fonction de la dose et de la solubilité des sels de baryum, la mort peut survenir très rapidement (quelques heures) ou plus lentement (quelques jours). La dose létale se situe aux environs de 3 g. Dans des populations consommant une eau riche en baryum (> 2 mg/l), il a été signalé une augmentation de la mortalité due aux maladies cardio-vasculaires.

 

Concentration maximale admissible dans les eaux destinées à la consommation humaine : 100 µg/l.