Infos Analyses : DEGRÉ HYDROTIMÉTRIQUE ou TITRE HYDROTIMÉTRIQUE ou DURETÉ TOTALE

L'eau est composée de nombreux éléments minéraux et organiques. Sa richesse en minéraux est fonction de la composition des sols qu'elle traverse.

 

Le degré hydrotimétrique est un indicateur de la minéralisation de l'eau.

Il correspond à la somme des concentrations en cations métalliques à l'exception des métaux alcalins et de l'ion hydrogène. Il est surtout proportionnel à la concentration en calcium et magnésium auxquels s'ajoutent quelquefois les concentrations en fer, aluminium, manganèse et strontium.

 

Le degré hydrotimétrique s'exprime en degré français (°F). Un degré français correspond à la dureté d’une solution contenant 10 mg/l de CaCO3. Un °F équivaut à 4 mg de calcium par litre et à 2,4 mg de magnésium par litre. Un meq d’ion calcium correspond à 5°F.

Interprétation de la valeur du degré hydrotimétrique de l’eau :

 

  • Valeur comprise entre 0 et 10°F = eau très douce
  • Valeur comprise entre 10 et 20°F = eau douce
  • Valeur comprise entre 20 et 30°F = eau moyennement dure
  • Valeur comprise entre 30 et 40°F = eau dure
  • Valeur supérieure à 40°F = eau très dure

 

Il n'existe pas de limite supérieure du degré hydrotimétrique dans la législation française ni de valeur guide. Néanmoins le Ministère de la santé qualifie d’idéal un degré hydrotimétrique compris entre 15°F et 25°F. L'eau dure n'a pas d’effets nocifs sur la santé mais la formation de calcaire peut générer des désagréments matériels (entartrage des canalisations notamment). Le calcaire est principalement composé de carbonate de calcium résultat de la combinaison du calcium et du gaz carbonique. L’usage d’un adoucisseur [1] est alors préconisé.

 

La limite inférieure du degré hydrotimétrique pour les eaux destinées à la consommation humaine et n'ayant pas subies de traitement thermique est fixée à 15°F. Une eau trop douce peut présenter des inconvénients pour la santé suite à la dissolution de métaux des canalisations tels que le fer ou le plomb, qui seront alors ingérés par notre organisme. Ces eaux présentent également un risque de corrosion pour les canalisations (absence de formation de la couche carbonatée de protection).

Nota : la dureté carbonatée correspond à la teneur en carbonates et bicarbonates de Ca et Mg;

 

[1] Adoucisseur : l'eau traverse une résine spéciale dont les grains échangent le calcium et le magnésium de l'eau par le sodium. Lorsque chacun des grains est saturé, l'eau ne peut plus être adoucie ; il faut alors faire passer une eau très chargée en sodium (sel marin raffiné) qui régénère les grains. L’usage d’un adoucisseur se justifie pour une eau titrant plus de 30 °F.

 

>> PLUS D'INFOS SUR NOS ANALYSES