Infos Analyses : FER (Fe)

La présence du fer dans l’eau est : 

 

soit d'origine naturelle : le fer est abondant dans les roches sous forme de silicates, d’oxydes et hydroxydes, de carbonates et de sulfures ; la craie contient des nodules de marcassite (sulfure),

 

soit due à la corrosion de canalisations de distribution en fonte ou en acier.

 

Il est soluble à l’état d’ion ferreux (Fe++) et insoluble à l’état d’ion ferrique (Fe+++). La présence de fer dans l’eau peut favoriser la prolifération de certaines souches de bactéries qui précipitent le fer ou corrodent les canalisations.

 

Le fer est un élément essentiel de la nutrition humaine. Les besoins journaliers sont de 1 à 2 mg.

Les conséquences d'un excès de fer ne peuvent se produire qu'à des doses très importantes, sans commune mesure avec celles apportées par l’eau.

La présence dans l’eau au-delà de 0,1 mg/l est gênante car elle va conférer à l'eau une couleur jaune à orangée, provoquer des dépôts d'hydroxyde ferrique, donner à l’eau un goût métallique désagréable et tacher le linge.


Concentration guide dans les eaux destinées à la consommation humaine : 50 µg/l,

Concentration maximale admissible dans les eaux destinées à la consommation humaine : 200 µg/l

Les eaux minérales chargées en fer à l'émergence subissent un traitement de déferrisation [1], autorisé puisqu'il concerne la séparation d'un élément instable.

 

[1]  Déferrisation : Traitement d'élimination du fer dissous par oxydation pour former un précipité d'hydroxyde de fer séparé ensuite de l'eau par simple décantation et/ou par filtration. Les modalités d'oxydation peuvent être variables : à l'air, à l'air comprimé et sous conditions à l'ozone.